guerande
Vue de Guérande

La cité médiévale

Guérande bénéficie de nombreux monuments et objets remarquables dans la cité médiévale, les faubourgs, ou dans les villages environnants.

La cité médiévale

 

Les remparts

L’enceinte fortifiée de Guérande est l’une des mieux conservées de France et la plus complète de Bretagne. Sur la base de vestiges plus anciens, l’enceinte urbaine date essentiellement du 15e siècle. Six tours et quatre portes ponctuent ses 1 300 m de courtines. Elle est un remarquable témoignage de l’adaptation rapide de l’architecture militaire à l’apparition de l’artillerie. Classée Monument historique en 1877.

 

 

La porte Saint-Michel

Construite vers 1450, elle forme avec ses deux tours un logis-châtelet, siège et symbole du pouvoir politique. Ses appartements sont successivement attribués au capitaine et au gouverneur de Guérande, avant de devenir au 19e siècle et jusqu’en 1954 l’hôtel de ville. Classée Monument historique en 1877.

 

 

 

La collégiale Saint-Aubin

De l’église romane, incendiée lors du sac de Guérande (1342), subsistent la nef et ses piliers dont certains sont ornés de chapiteaux historiés. La collégiale actuelle est une construction des 15e et 16e siècles de style gothique flamboyant utilisant le vocabulaire ornementé de l’architecture religieuse bretonne. L’édifice reçoit ses voûtes en pierre au 19e siècle et l’essentiel de ses vitraux.  Classée Monument historique en 1853.

(document à télécharger - pdf)

 

La chapelle Notre-Dame-la-Blanche

Siège d’une paroisse urbaine, elle est le plus ancien édifice intra muros de Guérande. Construite au 13e siècle, la pureté de son architecture gothique magnifie ce vaisseau à nef unique. C’est ici que fut signé en 1381 le second traité de Guérande, établissant la paix entre le roi de France et le duc de Bretagne. Classée Monument historique en 1910.

 

 

L’hôtel-Dieu Saint-Jean

Sa date de fondation est inconnue. Il subsiste de l’hôpital deux corps de bâtiments. Au sud, la chapelle, datée de 1506, et vers le nord, les bâtiments des malades des 17e et 18e siècles. L’hôtel-Dieu a gardé sa fonction hospitalière depuis le Moyen Age jusqu’au 19e siècle. En 1853 les malades rejoignent l´hôpital général fondé dans les années 1850 faubourg Saint-Michel.

(document à télécharger - pdf)

 

 

Extra-Muros

 

Le manoir de la Porte-Calon (Faubourg Saint-Michel) 

Le corps de logis date du 15e siècle ou du début du 16e siècle. Un cœur, kalon en breton, du nom des premiers propriétaires, est gravé sur les armoiries qui surmontent la porte. Au 17e siècle s’y installe une communauté d’Ursulines qui érige les ailes en retour, avant de le quitter pour bâtir son propre couvent.

 

 

Le couvent des Ursulines,

Aussi nommé Petit Séminaire, il est situé dans le Faubourg Saint-Michel. Le bâtiment principal est édifié vers 1704 par les Sœurs enseignantes installées depuis 1645 dans le manoir voisin de La Porte-Calon. Ce modèle d’architecture monumentale traduit l’esprit de reconquête religieuse issu de la Réforme catholique. Le couvent devient collège après la Révolution, puis petit séminaire entre 1823 et 1966. Dans la seconde moitié du 19e siècle, les ailes en retour et la chapelle néo-romane achèvent l’ensemble. Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 2001.

Vous souhaitez plus d'informations sur le Faubourg Saint-Michel ? Téléchargez le document - pdf en cliquant ici.

 

 

Le moulin du Diable

Situé sur un point culminant de la commune, ce moulin à vent du 15e siècle ou du début du 16e siècle, à l’architecture particulièrement soignée (appareil de granit, linteau à accolade) dépendait du manoir de Crémeur. Il paraît fonctionner jusqu'à la fin du 19e siècle. Ces moulins dits « à petit pied », antérieurs aux moulins-tours, sont typiquement bretons. Classé Monument historique dès 1901.

 Pour en savoir plus sur les moulin du pays de Guérande, cliquez ici.

 

 

Le château de Careil

Le château de Careil a été construit au 14es. ( ?) et fortement remanié aux 15e, 16e et 17e s. La façade médiévale est surmontée d’imposantes lucarnes de style renaissance, à pilastres et fronton à coquille. Lors des guerres de religion, une mise en défense du château fut réalisée par ses seigneurs protestants. Il fut d'ailleurs attaqué et pillé par la Ligue catholique. Le site, habité à l'année, propose plusieurs visites originales. Classé Monument historique en 1925.

 

 

Inventaire général du patrimoine

 

Afin de mieux connaître notre patrimoine historique, Guérande, Ville d'art et d'histoire, a conduit entre 2006 et 2010, en partenariat avec le service régional de l'Inventaire, une étude globale de l'architecture ancienne de notre commune.

Cette mission entre dans le cadre de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Créé en 1964 par André Malraux, ce service, dépendant à l’origine du Ministère des Affaires culturelles, a pour objectif de « recenser, d’étudier et de faire connaître » le patrimoine français. Depuis la loi de décentralisation du 13 août 2004, l’Inventaire général est passé sous la compétence des Régions. 

Cela consiste à recenser le patrimoine bâti et mobilier de la commune hors la ville intra-muros et les faubourgs. C’est une démarche exhaustive : le recensement porte sur tous les édifices sans distinction : maisons, chapelles, croix de chemin, fours, puits, parties agricoles…

 Ces informations sont regroupées dans une base de données accessible au public en cliquant ici : Inventaire du patrimoine.